Apprendre c’est déconstruire !

apprendre c'est déconstruire

La légende du Colibris

La légende du Colibris, vous connaissez ? Cet oiseau minuscule qui transporte vaillamment quelques gouttes d’eau pour éteindre l’incendie qui ravage la forêt ? Les autres animaux le voient et se moquent de lui : « crois-tu vraiment que tu vas changer les choses avec tes allers-retours ? 3 gouttes d’eau par 3 gouttes d’eau contre un feu immense ? » lui demande-t-on. Le petit oiseau ne cesse pas son travail pour autant et réplique : « peut-être que mes gouttes d’eau n’éteindront pas le feu, mais je fais ma part. »

Pour accompagner les enfants dans les apprentissages, nous devons faire notre part. Et cela passe d’abord par des prises de conscience. Avoir conscience de ce qui se passe dans la tête des enfants est le début de quelque chose…

Traitement cognitif

Face à de nouveaux apprentissages, notre cerveau opère de 2 façons :

  • Dans notre mémoire, un grand nombre d’informations non-conscientes s’inscrivent souvent malgré nous, de façon durable. Ainsi il nous arrive de découvrir qu’on sait des choses sur tel ou tel sujet sans trop savoir comment on le sait et depuis quand. (analogique rapide)
  • Il existe une autre mémoire plus consciente, cette fois, qui est influencée par les émotions. Elle fonctionne d’autant mieux que les connaissances traitées sont reliées à un sujet déjà connu. (cognitif lent)

Dans le cerveau d’un élève en difficulté

On entend souvent que tel ou tel élève ou enfant ne fait pas suffisamment d’efforts pour se sortir de ses difficultés. En réalité, modifier les représentations qu’on a des choses peut être anxiogène et cognitivement assez coûteux.

Les enfants en difficulté ont en réalité beaucoup de mal à utiliser la mémoire plus consciente décrite plus haut, cette mémoire liée aux émotions et reliée à des sujets déjà connus. La nouvelle information rentre avec difficulté, c’est comme si l’enfant avait développé une imperméabilité au traitement de nouvelles informations.

On parle alors de biais cognitifs*. Sans que cela ne soit conscient, l’élève va tout faire pour ne pas modifier ses connaissances d’un sujet.  Il ne remet pas en cause ses représentations.

biais cognitif - imperméable aux savoirs

* Un biais est une distorsion (déviation systématique par rapport à une norme) que subit une information en entrant dans le système cognitif ou en sortant. Dans le premier cas, le sujet opère une sélection des informations, dans le second, il réalise une sélection des réponses. Grand Dictionnaire de la Psychologie, Larousse, 1991.

Conflit cognitif

Or, pour qu’un apprentissage se fasse, il faut qu’il y ait un conflit cognitif : c’est-à-dire une nouvelle notion qui va modifier les schèmes antérieurs.

Le conflit cognitif est le fait d’être conscient qu’il y a décalage entre ce que je sais et une notion nouvelle.

Pour apprendre il faut donc qu’il y ait une difficulté supplémentaire, un questionnement suffisamment compliqué pour bouger nos propres représentations.

Apprendre c’est changer : déconstruire son savoir pour le reconstruire autrement. Passer d’un ancien équilibre à un nouvel équilibre suppose donc une phase de déséquilibre.

En classe ou à la maison, permettre aux enfants d’échanger en prenant conscience que tout le monde n’est pas forcément d’accord va amener naturellement à la conclusion qu’il faut bouger ses représentations pour comprendre.

8 manières de favoriser les apprentissages ?

Voici quelques suggestions adaptables aussi bien à la maison qu’en classe :

  • Préciser ce qui est important de ce qui ne l’est pas,
  • Inviter à l’échange,
  • Favoriser les liens avec des informations déjà existantes,
  • Favoriser les associations mentales, les représentations mentales,
  • Prévoir des pauses fréquentes,
  • Favoriser l’humour (alerte cognitive), l’effet de surprise, les anecdotes,
  • Associer le souvenir à une émotion,
  • Favoriser absolument la répétition après apprentissage dans les 24h, après 2/3 jours, une semaine, un mois, quelques mois (seul moyen de réactiver la trace neurale).

Et vous ? Avez-vous des expériences concrètes à partager qui utilisent une des 8 manières de favoriser les apprentissages ? Quelles difficultés rencontrez-vous pour aider vos enfants à apprendre ?

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire